Figures libres

Idées cadeaux pour Noël (2) : le thérémin

 

Theremin
Le thérémin me poursuit : deux fois en quinze jours pour l’un des instruments de musique les plus injustement méconnus du monde, c’est beaucoup !

Le musée des instruments de musique de Bruxelles est l’un des plus complets qu’il m’ait été donné de voir, et il est de surcoît situé dans un bâtiment Art nouveau magnifique (avec un café très sympa au sommet) : il possède un thérémin. L’exposition de la Cité de la musique, Lénine, Staline et la musique (dont je conseille vivement la visite, ainsi que la lecture du livre Chostakovitch et Staline de Solomon Volkov, pour se mettre dans l’ambiance) présente un modèle qu’il est possible d’essayer – et qui fait partie de la collection permanente du musée. Il faut dire que la vie de Lev Termen (ou Léon Thérémine), l’inventeur de cet instrument, offre un bon résumé du rapport complexe entre musique et pouvoir en Union soviétique.

Lev Termen était violoncelliste et opérateur radio de l’Armée rouge, et il mit à profit cette double compétence pour inventer en 1918. Son fonctionnement repose sur un principe accoustique simple : les mouvements du musicien autour des antennes viennent perturber les ultrasons émis par deux oscillateurs, et cette perturbation crée alors un signal sonore audible. Si cette invention a été vue comme un symbole de la supériorité technologique de l’Union soviétique par Lénine, permettant à Lev Termen de présenter son instrument dans le monde entier, où il conquit des compositeurs comme Schnittke ou Varèse, elle n’a pas porté chance à son inventeur qui est kidnappé aux Etats-Unis par le NKVD en 1938, et envoyé en camp en Sibérie. Officiellement, sa mort est annoncée. C’est un cinéaste réalisant un documentaire sur le thérémin et son inventeur qui découvre en 1990 que Lev Termen est toujours vivant ! Entretemps, le thérémin a été peu à peu oublié, même s’il est utilisé dans quelques tubes célèbres comme le Good vibrations des Beach Boys !

Il est très amusant de jouer du thérémin, comme j’ai pu en faire l’expérience à la Cité de la musique. Mais il faut de la virtuosité – et pas mal d’entraînement – pour en jouer comme Léon lui-même http://www.youtube.com/watch?v=w5qf9O6c20o. Bref, un cadeau intelligent et ludique à portée de toutes les bourses http://theremin.tomfarrell.org/buyTheremin.html !

NB : il faut se procurer de surcroît, pour susciter l’admiration de Tante Antoinette à Noël, le smoking, le noeud papillon, la fine moustache, la brillantine et l’air digne !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s