Figures libres/Littérature

Mercredi 2 mai, parution de « Citoyens des villes, citoyens des champs – Pour une égalité des territoires »

Le mercredi 2 mai sortira dans toutes les bonnes librairies « Citoyens des villes, citoyens des champs – Pour une égalité des territoires », co-écrit par Elise Vouvet, Alexandre Brugère et moi-même et édité chez Fayard. Ce livre traite de l’une de ces fractures françaises dont on prend conscience dans les urnes, mais que l’on oublie de traiter entretemps, la fracture territoriale. Il propose une nouvelle méthode politique pour la traiter, une vision de l’égalité réelle plus proches des attentes de nos concitoyens, ainsi que de nombreuses propositions concrètes.

  Citoyens des villes

La sortie sera accompagnée d’une dédicace, le mercredi 2 mai toujours, de 17h 30 à 20h, à la librairie la bouteille à l’encre, 18 rue de Colombes à Courbevoie, où, avec Alexandre, nous pourrons répondre à toutes vos questions !

Toutes les infos sur : http://labouteille.alencre.fr/html/dedicace_jean_spiri.html

Et le texte de la 4e de couverture :

« La France est une République indivisible […] qui assure une égalité devant la loi à tous ses citoyens. » Le principe, simple et louable, commande l’organisation de la République française. Mais si la loi est effectivement la même pour tous, sommes-nous vraiment traités de la même façon que nous vivions en ville, en banlieue ou à la campagne ?

La question de l’inégalité entre les territoires est abordée ici sans tabou, avec des propositions fortes, parfois provocatrices mais toujours issues d’expériences de terrain. Les auteurs partagent une même vision loin des clichés : la France des villes ne se réduit pas à Neuilly ou à La Courneuve, la France des campagnes au « 13h » de Jean-Pierre Pernaut.

Développement économique, emploi, pouvoir d’achat, santé, éducation, transports, accès à la culture, jeunesse, vieillissement, citoyenneté… Tous ces thèmes, envisagés sous l’angle de l’inégalité sociale, prennent un nouveau relief si l’on se place dans la peau du citoyen des villes ou des champs.

La conclusion est sans appel : plutôt que de s’attaquer aux inégalités entre zones rurales et urbaines à coup d’autoroutes et de lignes TGV, il est nécessaire et urgent de mettre en place une véritable « discrimination positive territoriale ». Voici des éléments concrets pour faire avancer le débat et des solutions pour assurer enfin une égalité réelle à tous les citoyens au sein d’une « société des territoires » plus innovante, plus compétitive et plus juste.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s